UA-65344743-1
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/12/2012

Un « droit à la procréation »

La veille de Noël et la naissance d'un nouveau né permettent de relancer le débat sur le droit à la procréation pour les couples homosexuels. L'éditorial de Dominique Quinio paru dans le quotidien La Croix du 14 décembre 2012 ajoute à cette réflexion.

Un « droit à la procréation ».

Les partisans du « mariage pour tous » veulent que la procréation médicalement assistée soit autorisée pour les femmes homosexuelles.

Il fallait s'y attendre et telle est la règle du jeu démocratique. À mesure que s'exprime l'opposition au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux personnes de même sexe, ses partisans veulent prendre la parole : une pétition en ligne a été lancée et une manifestation est prévue dimanche. Pour les élus socialistes, en difficulté sur les sujets sociaux, impuissants à redonner du tonus à l'économie, rappeler le gouvernement à ses promesses en matière de mœurs, c'est une occasion de reprendre la main et de faire entendre leur différence.

Il est une partie de la population, les personnes homosexuelles, pour qui l'enjeu n'est pas politique, mais personnel. L'évolution envisagée leur apparaît comme une reconnaissance sociale ; elle leur accorde des droits supplémentaires, assure une plus grande sécurité aux partenaires d'un couple mais aussi un « statut ». Ce qui prouve a contrario la valeur de l'institution du mariage, largement battue en brèche par la multiplication des unions libres ou pacsées et des séparations. Le mariage, parfois décrié et ringardisé, n'a jamais été aussi fragile ; et voilà qu'il est revendiqué comme un droit désirable !

Le débat, trop partiellement mené par le gouvernement, approchant de son terme, la revendication du droit à la procréation assistée pour des couples de femmes revient en force. Il ne s'agit pas seulement de reconnaître une autorité à la personne qui partage avec un parent l'éducation d'un enfant, mais de permettre la naissance – par le biais d'une technique destinée à combattre l'infertilité – d'un enfant qui serait automatiquement reconnu comme l'enfant de deux mères. Pas encore de deux pères, puisque l'hypothèse d'une autorisation de la gestation pour autrui (des mères porteuses) ne semble pas à l'ordre du jour. Mais au nom de l'égalité, qui fonde le discours des partisans du projet, cette revendication, forcément, se manifestera. Dès lors s'engage le bouleversement de filiation, la fiction institutionnalisée d'un enfant qui, pour venir au monde, n'aurait pas besoin d'un homme et d'une femme. Vertigineux.

La loi, en janvier, autorisera-t-elle l'AMP pour les couples de femmes homosexuelles ? Si ce n'est pour aujourd'hui, il est à craindre que ce soit pour demain. Comme la création du pacs laissait présager la transformation du mariage, le droit à l'adoption prépare l'autorisation de l'assistance médicale à la procréation. C'est cet enchaînement dont il faut, en conscience, mesurer les conséquences.

QUINIO Dominique

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique